Alvaro DE MARICHALAR y SAENZ DE TEJADA
" Un fabuleux navigateur… "

Qui est-il ?
Nom: DE MARICHALAR Y SAENZ DE TEJADA
Prénom: Alvaro
Date et lieu de naissance: le 25/04/61 à PAMPLUNE en Navarre (Espagne)
Situation familiale: Célibataire ;-)
Profession: Chef d'entreprise
Catégorie: Navigateur

Alvaro DE MARICHALAR, grand navigateur Espagnol depuis 1982,a réalisé de nombreuses traversées qui ont permis d'établir de nouveaux records pour la navigation dont : la traversée en solitaire d'Ibiza à Majorque en 1992 ; la traversée en solitaire de Séville à Gênes en 1993 ; la traversée en solitaire de SAN SEBASTIAN à CADAQUES en 1994 ; la traversée en solitaire des Canaries à Bilbao ; la traversée en solitaire de Majorque à la Sardaigne ... La traversée de l'ATLANTIQUE a toujours été un défi dans l'histoire de la navigation. En 2002, Alvaro a réalisé l'exploit d'un nouveau record dans l'histoire de la navigation Espagnole avec " ATLANTIK 2002 ". Depuis 1992, les voyages qu'il fait sont effectués avec l'appui de la F.A.D (Fondation d'aide contre l'absorption de la drogue). Alvaro essaie de transmettre l'esprit de l'Aventure, du sport, et de la foi dans les idées en ligne avec les campagnes de prévention contre la consommation de narcotiques. Avec ses yeux avides de sensations fortes, cet " Aventurier exceptionnel ", exprime à travers cette interview sa passion depuis toujours… Romantique, Passionné, Passionnant, cet homme qui a tout pour plaire est à la recherche de la femme de sa vie ;-)

Interview d'Isabelle pour Jet Net

Jet Net: Alvaro DE MARICHALAR

Vous avez commencé à naviguer en solitaire en 1992, à l'âge de 20ans . Comment l'envie de naviguer en mer, de partir en mer vous est-elle venue ?

Il y a 20 ans, en 1982, j'étais étudiant en économie aux Etats Unis et j'avais pas mal d'expérience en Windsurf et Catamaran . Un jour, des amis m'ont prêté un Jet à Bras et je suis tombé amoureux de la sensation que j'avais à naviguer dans la mer avec ce petit bateau. Dès lors, j'ai toujours navigué durant 1,2 mois chaque année pour mon hobby, pour ma passion. Ce petit bateau peut permettre une sensation, une communication absolue avec la mer parce qu'on ne voyage pas seulement avec la mer mais avec l'eau. C'est une sensation incroyable ! ! Voyager dans ce petit bateau, c'était un rêve et c'est pour ça que je fais beaucoup d'expéditions. J'en ai fait plus de 20 dont 7 qui ont été Record du Monde. L'Atlantique était mon grand rêve et j'ai pu le réaliser dans ce petit bateau .

Depuis une vingtaine d'années, vous avez réalisé de nombreuses traversées en solitaire qui vous ont permis d'établir de nouveaux records pour la navigation . Qu'est-ce qui vous donne à chaque fois envie de battre des records ?

Ce n'est pas seulement d'établir des Record, c'est expérimenter, sentir la mer, vivre ma passion… Ma motivation principale c'est la lutte contre la drogue, l'alcool à travers le sport. Maintenant, je vais dans les écoles, les Universités, afin de parler de ces fléaux, afin de communiquer aux autres le risque qu'il y a à se laisser dominer par la drogue et par l'alcool qui tuent. Les jeunes adorent écouter ce que je raconte. Les sportifs et moi-même avons réussi à convaincre que prendre ces substances n'en vaut pas la peine. Etre dans la nature, c'est plus important .

Vous êtes " un amoureux de la mer ", qu'est-ce qui vous attire en elle ?

Ce qui m'attire en elle, c'est la sensation de vitalité, que l'on sent dans la mer. En mer, on se rend compte que l'on n'est personne, qu'on ne sait rien, on est dans les mains de Dieu. On est petit comme un grain de sable dans cet immense océan . Notre monde est un petit bout d'eau bleu, de constellations, d'étoiles. Dans la mer, on peut tout faire avec l'illusion , avec la foi. Aussi, je me rends compte de la puissance de Dieu, j'ai beaucoup prié dans la mer, c'est une grande Cathédrale parce que là, la relation avec Dieu est directe d'une manière tellement puissante . Quand je suis tout seul en mer dans ce petit bateau, je fais le plein d'émotion, j'ai l'impression de me retrouver face à face avec Dieu. Je sens son aide, je le vois dans les étoiles, l'horizon, les tempêtes, le coucher du soleil… C'est absolu ! !

La mer est synonyme de danger . Dans la vie, le danger vous attire ? ; Aimez-vous prendre des risques ?

La mer est risquée, c'est vrai . La mer c'est comme la vie où l'on peut vivre 10 ans, 1 semaine…La mer nous montre les réalités de la vie . On peut tout voir. C'est un peu comme dans la vie, il y a des bons moments, des moments très durs et dans la mer on sent ça d'une manière absolue, totale et c'est très important .

ATLANTIK 2002. Comment vous est venue l'idée de faire cette traversée en Jet Ski ?

L'Atlantique a toujours été un défi pour tous les navigateurs . Pour moi, l'Atlantique était un défi, c'est quelque chose d'absolument magique. J'ai mis 1 an pour réaliser cette aventure. Avant mon départ, j'ai dormi pendant 40 jours sur un radeau sauvetage entre Ibiza et Majorque . Je nageais 4 heures par jour et j'allais courir 2, 3 heures sur la plage ; je mangeais beaucoup pour prendre du poids . Je savais que l'Atlantique était un défi incroyable mais je savais qu'avec beaucoup de foi, d'énergie je pouvais le tenter et je l'ai réussi . Dans l'esprit sportif, Olympique, Coubertin disait : " Le plus important c'est d'essayer les choses, et si on réussit, c'est un succès". Lorsque je me suis trouvé à New York, mon rêve est devenu réalité ! !

Pourquoi avoir choisi de faire cette traversée en Runabout et non en Stand Up ?

Pour moi, le scooter des mers était plus adapté. J'aime bien le Stand Up pour faire une petite traversée de 2,3 heures . Pour une traversée, c'est préférable d'utiliser un Runabout , il nous permet de naviguer de la même manière, je commence toujours par naviguer debout, la sensation est similaire .

Vous avez parcouru 10.000 Miles Marins sur un XP.DI durant 63 jours en mer, en solitaire , se battant contre la mer , les vagues… Comment le vit-on mentalement ?

Etant donné que j'exprime la réalité de la vie dans la mer, je suis très joyeux dans la mer. Pour moi, c'est parfois plus dur de me retrouver sur terre, je me sens joyeux en mer. Je n'ai pas peur, j'adore la solitude dans le grand bleu, communiquer avec la nature, sentir la présence de Dieu. Pour moi, ces 65 jours étaient un rêve que j'ai adoré.

14 heures de Jet par jour, une grande majorité du temps debout ; la fatigue a dû s'emparer de vous. N'y a t-il pas un moment où vous vous êtes dit : " j'abandonne " ?

Je n'ai pas pensé une seconde à abandonner ! ! Il y avait beaucoup de moments où je me suis retrouvé dans le froid, les tempêtes… Quand je suis arrivé à MIAMI, j'avais une blessure au pied, le médecin m'a dit de ne pas continuer car c'était dangereux. J'ai récupéré quelques jours et j'ai poursuivi ma traversée jusqu'à New York sans bateau de soutien .

Vous n'avez eu aucun problème technique, on peut dire que vous êtes très chanceux. Dans le cas contraire, si vous en aviez eu un, sans que votre équipage soit à proximité , quelle aurait été votre réaction ?

J'ai eu de très petits problèmes techniques, heureusement que j'avais un très bon mécanicien qui entretenait très bien mon Jet . Pour faire le plein et manger, je devais attendre un bateau qui naviguait plus lentement que moi, c'est pour cela que je naviguais tout le temps seul. En attendant son arrivé, je dormais un peu. … Si je cassais en mer ce qui pouvait arriver, j'avais la radio, le téléphone GPS . Mais je savais qu'avec les grandes vagues , personne n'aurait pu rien faire pour me récupérer… En Espagne, on dit un proverbe : " Qui ne risque pas, ne traverse pas la mer " .

Avez-vous eu des frayeurs ?

Bien sûr , beaucoup de fois : avec les tempêtes, les requins, les baleines… Quand je tombais, je me retrouvais avec les requins, il fallait que je retrouve mon Jet au milieu de la tempête ; j'avais des problèmes avec ma turbine … C'était des moments très durs, très compliqués.

Si une " Aventure " telle qu'ATLANTIK était à refaire, le referiez-vous ?

Oui ! ! Ça fait 20 ans que je navigue, cette aventure n'était pas la plus difficile, c'était la plus spectaculaire . Quand on a l'esprit d'aventure, on va toujours à la mer.

En mer, avez-vous eu beaucoup de plaisir à naviguer sur un bateau ou sur un Jet Ski ?

Beaucoup plus avec un scooter des mers ! ! J'adore la voile, mais ça m'ennuie un peu parce que quand on est habitué à naviguer sur ce petit bateau, on est le bateau ! ! Il existe une différence totale entre n'importe quel bateau et les windsurf , c'est qu'ils ont une liaison absolue avec l'élément marin , on éprouve la même sensation avec le Runabout mais encore davantage . C'est avec ce dernier qu'on est plus proche de la mer.

Avez-vous pour ambition de vous lancer dans la compétition de Jet Ski ?

Non, c'est mon hobby .

Comment gérez-vous votre passion et votre métier ?

J'ai une compagnie de télévision par satellite, je vends les antennes paraboliques depuis 1986, c'était la 1ère compagnie d'installation de télévision par satellite en Espagne. Après, j'ai monté 2 compagnies de téléphone mobile . Maintenant, j'ai une compagnie de promotion immobilière où je travaille pour mon compte . Si j'ai pris cette décision de travailler pour mon compte c'est seulement pour avoir la possibilité d'acheter les biens les plus précieux afin de pouvoir naviguer dans mon runabout. Le Jet Ski est mon sport favori . J'ai une philosophie de vie qui est que, je ne crois pas que posséder des choses en valent la peine, il faut avoir du temps pour méditer afin d'agrandir l'âme, l'esprit. La navigation dans ce petit bateau me permet d'explorer la vérité de la vie, de donner le Record du Monde à l'Espagne …

Avez-vous eu des propositions dans le milieu, c'est à dire une signature de contrat ?

J'ai d'abord utilisé Kawasaki, puis Yamaha jusqu'en 1993. Depuis 1994, j'utilise Bombardier , mais depuis 1996, j'utilise le XP qui pour moi est la meilleure machine . SEA DOO m'a beaucoup aidé pour ma traversée, ils m'ont invité pour le salon nautique, pour montrer ma machine, parler de mon aventure et je suis très content . Pour le moment, je n'ai pas signé de contrat avec eux, c'est à voir …

Qu'est-ce qui vous plaît dans cette discipline ?

Ce qui me plaît , c'est cette sensation de liberté en mer et de passion pour la vie .

Vous écrivez si bien, vous êtes poétique… Avez-vous pour ambition d'écrire un livre racontant votre parcours en mer ?

Oui, je suis en train d'écrire un livre et j'en suis à la moitié . Lorsque j'étais en mer, je prenais 1,2 heures et j'écrivais tout ce qui me venait à l'esprit . J'ai écrit beaucoup de pages et maintenant , je dois les organiser pour transmettre aux gens les idées qui m'ont permis d'arriver à New York en partant de Rome. Avec mon livre, les gens vont être capables de comprendre tous les efforts qu'il faudra fournir pour réaliser un tel périple .

Votre image publique correspond t-elle à ce que vous êtes dans la vie ?

Ça dépend pour qui. Pour les navigateurs, mon image correspond bien parce qu'ils savent de qui il s'agit, ils comprennent les périls, ils comprennent la problématique de faire un exploit tel que celui-ci… On fait des choses pour l'âme, pour les enfants afin de leur montrer les réalités de la vie, les trésors. On est libre quand on fait des choses par nous-même , quand on garde l'illusion pour les enfants. Comme je dis, nous sommes dans ce monde pour 2 heures, et ça vaut bien de vivre notre passion en réalité .

Vos projets pour la saison 2003 ?

Une traversée entre Paris et Londres ; après je vais faire le Tour du Japon … Et des surprises ! ! !

Vos projets futurs ?

J'ai 41 ans, je vais profiter de 2 ou 3 ans pour naviguer.

Votre rêve ?

C'est de trouver une femme qui voudra partager la vie avec moi, je suis déjà amoureux d'elle mais je ne la connais pas encore .

Un mot pour la fin ?

Vive la vie et vive l'illusion pour faire les choses qu'on aime ;-)

Merci @ vous et continuez à nous faire rêver ! ! ! ! !